Le dispositif “Angela” déployé sur la commune

Dans le cadre des actions de son Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), la Ville a proposé aux commerçants, associations et accueils municipaux de s’engager dans la lutte contre le harcèlement de rue en adhérant à la démarche “Angela”

0
1076

Ce dispositif a été mis en place par le Secrétariat d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations. Il permet à la personne harcelée de se rendre dans un établissement “refuge” et de demander 2Où est Angela?”. Cette question alertera le commerçant qui comprendra immédiatement que la personne se sent en danger. Il pourra ainsi rassurer la personne, alerter la Police si besoin ou faire le lien avec les associations locales.

Les structures volontaires accompagnées

“A ce jour 25 structures ont suivi une formation dispensée par le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) et ont signé la charte d’engagement”, souligne Leonor Labeau, conseillère déléguée à la Lutte contre les discriminations. Ce document stipule les principes que doivent respecter les volontaires qui s’engagent ainsi à porter assistance à toute personne faisant appel au dispositif, à informer l’ensemble de ses employé.e.s, à communiquer de manière visible et notamment en apposant un macaron spécifique. De manière générale, être partenaire du dispositif suppose de ne pas tolérer au sein de son enseigne, sous quelques formes que ce soit, des comportements discriminatoires. C’est ce qu’appliquent Céline, Bixente, Amal, Maïka et Frédéric, l’équipe du restaurant le Txiki, sensibles à la cause. “Aucun comportement déviant n’est toléré dans notre établissement témoignent les gérants, Céline et Bixente, qui assurent que tout le personnel a les réflexes nécessaires pour agir en cas d’incident: isoler la personne à l’étage, la rassurer et appeler les personnes ressources dont c’est le métier”.

Pour assumer leur engagement, des prospectus d’information sont posés sur le comptoir et le macaron mis en évidence sur la vitrine. Incontournable, cet autocollant très visuel permet aux victimes de violence d’identifier facilement les lieux qui peuvent leur garantir un accueil sécurisé.

Ce macaron est également apposé dans les accueils municipaux. C’est le cas par exemple au Service Jeunesse et Numérique où toute une organisation qui a été mise en place pour que l’information soit bien visible. Affiche et violentomètre dans les toilettes, carte de visite avec le numéro d’urgence 3919, document répertoriant les structures ressources, les contacts utiles… sur le présentoir à l’entrée. Les agents ont bien entendu été formés pour apporter l’aide nécessaire à toute victime de harcèlement de rue.

Dans le Pays basque, Hendaye est parmi les premières villes à s’engager dans une démarche de lutte contre le harcèlement dans les espaces publics. “En offrant des créneaux horaires divers et élargis, ce nouveau dispositif vient en complémentarité du réseau de solidarité encadré, professionnalisé et sécuritaire, composé des forces de secours, du CCAS, de la mairie et des associations supports”, conclut Frédéric Tranche, adjoint en charge au commerce et à la Tranquillité publique.

Vous êtes commerçants et vous souhaitez rejoindre le dispositif Angela? Contacter la mairie à l’adresse suivante: mairiehendaye@hendaye.com.

Une troisième formation sera proposée à l’automne 2023 ou en début d’année 2024.